Les pompiers ariégeois formés aux premiers secours des œuvres d’art

BB

C’est une première dans le département. Un plan de sauvegarde des biens culturels de la cathédrale de Pamiers est en cours d’achèvement. En cas de sinistre, les pompiers savent désormais quelles œuvres sont à sauver en priorité.

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril, a ému la France et bien au-delà. Sauvé des flammes par les pompiers, le bâtiment est resté debout. Les œuvres qui l’ornaient mises à l’abri. Pour le colonel Fabien Didier, le directeur du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Ariège, il n’y a ni hasard, ni chance dans l’opération menée par les hommes de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. «Dans un cas comme celui-ci, explique-t-il, il faut en priorité s’assurer que plus personne ne reste à l’intérieur de l’édifice». Mais les incendies qui peuvent embraser tout ou partie d’un bâtiment religieux ne font pas courir de risque immédiat pour le public. «Tous les lieux de culte, on en compte 97 dans le département, sont soumis à la réglementation des établissements recevant du public (ERP), explique l’officier. Ils sont donc régulièrement contrôlés. Les églises, les cathédrales, de par leur architecture, permettent aux fumées de monter, ce qui laisse le temps au public de sortir. Le risque d’intoxication est bien plus faible que dans des maisons ou des appartements, où les plafonds sont plus bas».

Lire la suite sur le site La Depêche.fr

Publié le 30/04/2019

Comité français du Bouclier Bleu © 2019 All Rights Reserved

Association loi 1901 reconnue d intérêt général

Designed by WPSHOWER

Powered by WordPress