AVEC | Alliance de Villes Euro-méditerranéennes de Culture

AVECL’Alliance de Villes Euro-méditerranéennes de Culture (A.V.E.C.), réseau européen de collectivités territoriales historiques, a été créé en 1997 à l’initiative de cinq villes européennes : Pécs en Hongrie, Olomouc en République Tchèque, Tours en France, Tolède en Espagne et la cité italienne de Cosenza.
L’objectif principal du projet A.V.E.C. était, à l’origine, d’établir un réseau pérenne pour les échanges d’expériences et de bonnes pratiques dans le champ de la valorisation du patrimoine, à la fois au niveau local et à l’échelle interrégionale.

Les membres de l’Alliance de Villes Euro-méditerranéennes de Culture travaillent en collaboration autour des objectifs suivants :

  • Faire des patrimoines un moteur du développement durable et s’engager dans une démarche de qualité,
  • Intégrer harmonieusement l’innovant dans l’existant,
  • Contribuer à la réussite économique et au rayonnement des villes et territoires membres.
URBANISME ET PATRIMOINE
  • Séminaire international « La valorisation du patrimoine urbain en Méditerranée »
  • Séminaire international « Patrimoine urbain en Europe et en Méditerranée : développement économique et social»
  • Etude documentaire préliminaire du programme « Médinas 2030 » développé par la Banque Européenne d’Investissement
GESTION DES RISQUES
  • Campus Euro-méditerranéen « Prévention du patrimoine culturel face aux risques naturels » en collaboration avec le Centre Méditerranéen de l’Environnement
  • Forum international « Patrimoines et risques en Europe et en Méditerranée»
VILLE DURABLE
  • Accord Européen « Développement durable des villes historiques et culturelles – Qualicities®
  • Création d’un guide méthodologique pour la gestion durable des villes historiques en Méditerranée
MISE EN VALEUR DES TERRITOIRES
  • Base de données des institutions culturelles des villes membres du réseau
  • Exposition itinérante sur le réseau et ses membres
  • Promotion réciproque des villes membres du réseau
  • Mise en lumière des atouts culturels et patrimoniaux des villes membres

Le réseau AVEC rassemble désormais une vingtaine de villes dans huit pays européens.

Depuis 2012, l’Alliance de Villes Euro-méditerranéennes de Culture est labellisée au titre de l’« expertise internationale des collectivités territoriales françaises » par le Ministère français des Affaires Étrangères pour la thématique “Développement durable et mise en valeur des cultures et patrimoines”.

Le réseau AVEC est reconnu « Partenaire officiel de l’UNESCO » depuis mai 2015.

MCC | Le Ministère de la Culture et de la Communication

MCCLe ministère de la Culture et de la Communication a pour mission de rendre accessibles au plus grand nombre les œuvres capitales de l'humanité, et d'abord de la France.

A ce titre, il conduit la politique de sauvegarde, de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel dans toutes ses composantes, il favorise la création des œuvres de l'art et de l'esprit et le développement des pratiques et des enseignements artistiques.

Il contribue, conjointement avec les autres ministres intéressés, au développement de l'éducation artistique et culturelle des enfants et des jeunes adultes tout au long de leurs cycles de formation.

Il encourage les initiatives culturelles locales, développe les liens entre les politiques culturelles de l’État et celles des collectivités territoriales et participe à la définition et à la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans le domaine de la décentralisation.

Il veille au développement des industries culturelles. Il contribue au développement des nouvelles technologies de diffusion de la création et du patrimoine culturels.

Il met en œuvre, conjointement avec les autres ministres intéressés, les actions de l’État destinées à assurer le rayonnement dans le monde de la culture et de la création artistique françaises et de la francophonie.

Il contribue à l'action culturelle extérieure de la France et aux actions relatives aux implantations culturelles françaises à l'étranger.

AAF | Association des archivistes français

logo-archivistesFondée en 1904, l’Association des archivistes français (AAF) regroupe 1800 adhérents, professionnels des archives du secteur public comme du secteur privé.

Consciente du défi que représente dans le monde contemporain la maîtrise de la production documentaire et de l’information qu’elle renferme, l’Association des Archivistes français se définit comme un organe permanent de réflexion, de formation et d’initiative au service des sources de notre mémoire, celles d’hier comme celles de demain.

Ses prin­ci­paux objec­tifs sont :

La pro­mo­tion de la pro­fes­sion. Elle défend les inté­rêts de la pro­fes­sion et cher­che à pro­mou­voir l’image et la visi­bi­lité du métier d’archi­viste. Elle joue également un rôle actif dans les tra­vaux de réflexion archi­vis­ti­que, en bonne intel­li­gence avec le Service inter­mi­nis­té­riel des Archives de France et les ins­tan­ces uni­ver­si­tai­res.

L’édition de publi­ca­tions sur les archi­ves, pour un large public. L’AAF publie un bul­le­tin tri­mes­triel pour ses adhé­rents, Archivistes ! et une revue scien­ti­fi­que, la Gazette des archi­ves, des­ti­née à tous ceux qui s’inté­res­sent, direc­te­ment ou indi­rec­te­ment, aux archi­ves et à la pro­fes­sion d’archi­viste.

L’Association édite également de nom­breux ouvra­ges, pour un public de pro­fes­sion­nels, mais aussi pour toute per­sonne concer­née par les archi­ves.

L’orga­ni­sa­tion de nom­breux col­lo­ques et jour­nées d’études. L’Association orga­nise chaque année plu­sieurs col­lo­ques et jour­nées d’études, à une échelle natio­nale ou régio­nale, ou par sec­tion pro­fes­sion­nelle.

La for­ma­tion conti­nue des pro­fes­sion­nels des archi­ves. Crée en 1984, le Centre de Formation de l’AAF a déjà accueilli près de 12000 sta­giai­res. Animés par des pro­fes­sion­nels du sec­teur, les stages, géné­ra­lis­tes ou spé­cia­li­sés, por­tent sur la théo­rie archi­vis­ti­que, la connais­sance des ins­ti­tu­tions et les dif­fé­ren­tes tech­ni­ques et actions mises en œuvre dans les ser­vi­ces d’archi­ves.

Le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer

marianneLe ministère de l’Environnement, de l'Énergie et de la Mer (MEEM) est le département ministériel du gouvernement français chargé des questions environnementales et de l’énergie, mais aussi du développement durable, de l’équipement et des transports.

Un décret d’attribution contient le périmètre exact des missions d’un ministère, et les moyens humains dont dispose le ministre correspondant pour mener à bien sa mission. Le décret d’attribution de Ségolène Royal est paru le 4 mars 2016.

Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer chargée des Relations internationales sur le climat

Le ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer chargée des Relations internationales sur le climat prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement dans les domaines du développement durable, de l’environnement et des technologies vertes, de la transition énergétique et de l’énergie, notamment en matière tarifaire, du climat, de la prévention des risques naturels et technologiques, de la sécurité industrielle, des transports et de leurs infrastructures, de l’équipement, de la mer, à l’exception de la construction et de la réparation navales, ainsi que dans les domaines des pêches maritimes et de l’aquaculture.

Il élabore et met en œuvre la politique de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique.

Il promeut une gestion durable des ressources rares.

Il est chargé des relations internationales sur le climat. A ce titre, il conduit les négociations européennes et internationales sur le climat et veille à la mise en œuvre des accords conclus, en concertation avec le ministre des affaires étrangères et du développement international.

Il participe à l’élaboration des programmes de recherche concernant ses attributions.

Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche

M. Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des transports, de la mer et de la pêche, traite, par délégation de la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer chargée des Relations internationales sur le climat, des affaires relatives aux transports et à leurs infrastructures, à l’aviation civile, à la mer, à la pêche maritime et à l’aquaculture. A ce titre :

  • Au titre des transports et de leurs infrastructures, il suit les politiques relatives aux transports ferroviaires, guidés et routiers, y compris les transports publics particuliers, aux voies navigables, à l’aviation civile, aux applications satellitaires, à la météorologie et à l’organisation des transports pour la défense. En lien avec les autres ministres intéressés, il prépare et suit la politique de l’Etat à l’égard des taxis et des voitures de transport avec chauffeur. Il veille à la mise en œuvre des politiques de sécurité des infrastructures routières et de réglementation technique des véhicules. Il suit la politique d’intermodalité et veille en particulier au développement des plates-formes multimodales ferroviaires et portuaires. En liaison avec les ministres intéressés, il contribue à la réglementation sociale et suit les questions sociales du secteur. Il suit la politique industrielle dans le domaine des transports ;
  • Au titre de l’équipement, il suit la politique d’équipement routier et autoroutier ;
  • Au titre de la mer, il suit les politiques relatives aux transports maritimes, à la marine marchande, à la plaisance et aux activités nautiques, aux ports, au littoral ainsi qu’au domaine public maritime, à la protection des milieux marins, à la sécurité, à la navigation, à la formation et aux gens de mer. Il suit les questions sociales dans le domaine maritime ;
  • Au titre de la pêche maritime et de l’aquaculture, il suit la politique en matière de pêches maritimes, de produits de la mer et d’aquaculture, notamment en ce qui concerne la réglementation et le contrôle de ces activités et le financement des entreprises de pêche et d’aquaculture.

Il accomplit toute autre mission que lui confie la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer chargée des Relations internationales sur le climat.

Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité

Mme Barbara Pompili, secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, traite, par délégation de la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, des affaires relatives à la biodiversité.

A ce titre, elle concourt à la mise en œuvre des politiques relatives à la gestion de la nature et de la diversité biologique terrestre et marine au regard, notamment, des engagements conventionnels conclus par la France à la suite de la Convention sur la diversité biologique adoptée à Rio le 5 juin 1992. Elle est associée à la gestion de la faune sauvage, à la police de la chasse ainsi qu’au contrôle de l’utilisation et du commerce des espèces animales et végétales. Elle suit la politique de l’Etat concernant les espaces protégés.

Elle propose toute mesure propre à assurer la préservation, la restauration, le renforcement et la valorisation de la biodiversité. Elle veille au respect des règles nationales et internationales et en particulier de la convention de Ramsar, de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction - CITES ainsi que des directives de l’Union européenne relatives à la protection des espèces animales, des habitats, de la faune et de la flore ainsi que du milieu marin.

Elle accomplit toute autre mission que lui confie la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat.

AN | Les Archives nationales

logo-archives-nationalesLes Archives nationales conservent et communiquent les archives des administrations centrales de l'État (hors ministères de la Défense et des Affaires étrangères), les minutes des notaires de Paris et des fonds privés d'intérêt national.

Les Archives nationales sont réparties sur trois sites :

  • site de Paris : archives publiques de l'Ancien Régime, minutier des notaires de Paris
  • site de Pierrefitte-sur-Seine : archives publiques de la Révolution à nos jours, fonds privés (toutes périodes)
  • site de Fontainebleau : fonds publics spécifiques (dossiers de naturalisation après 1930, dossiers de carrière des fonctionnaires à partir des années 1960, dossiers d'homologation des véhicules en particulier) ; archives audiovisuelles ; archives privées d'architectes.

Les Archives nationales sont organisées autour de quatre directions

La direction des publics assure l'ensemble des fonctions d'accueil et d'orientation du public des Archives nationales :

  • gestion des salles de lecture et de la bibliothèque,
  • orientation des chercheurs,
  • communication des documents,
  • actions éducatives, culturelles et pédagogiques, qui s'appuient sur le Musée des Archives nationales, les expositions temporaires et le Service éducatif,
  • réseaux sociaux.

La direction des fonds est chargée de la collecte, du tri, de l'étude, du classement et de l'inventaire des archives :

  • rédaction des instruments de recherche,
  • organisation et participation aux colloques et aux journées d'études,
  • animation des partenariats scientifiques, relations avec les centres de recherche spécialisés (Labex),
  • suivi et contrôle des opérations de conservation (désinfection, restauration, reconditionnement, numérisation ou microfilmage),
  • participation à l'orientation et à l'accueil du public.

La direction de l'appui scientifique est chargée des projets métier transversaux et prospectifs :

  • conservation matérielle, préventive et curative des archives,
  • système d'information des Archives nationales,
  • conduite du projet d'archivage électronique,
  • valorisation des archives électroniques et audiovisuelles,
  • mise à jour des portails web.

La direction administrative et financière est chargée :

  • de la gestion des ressources humaines,
  • de la gestion budgétaire et comptable,
  • des affaires juridiques et de la commande publique,
  • de la gestion immobilière, de la logistique, de la sécurité et de la sûreté.

Le service de la communication et des chargés de mission (diffusion scientifique, relations internationales, partenariats) assistent la directrice.

AFPCN | Association Française pour la Prévention des Catastrophes Naturelles

Association Française pour la Prévention des Catastrophes Naturelles

Logo_AFPCNL'AFPCN est une association (loi 1901) regroupant l'ensemble des acteurs publics et privés qui concourent à la réduction des risques des catastrophes, et à renforcer la résilience de la société. Elle organise notamment des rencontres et des débats, de niveaux national, européen et international entre pouvoirs publics et la société civile, sur le thème de la prévention. Elle produit également à la demande des services ou à son initiative des notes de réflexion sur différents sujets en lien avec la prévention.

L'AFPCN soutient la Fondation La main à la pâte pour la diffusion du projet "Quand la Terre gronde" dans les écoles.

La Croix-Rouge française

croix_rouge_francaise-logoLa Croix-Rouge est un mouvement.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge comprend :

  • le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), organisation humanitaire suisse, intervenant exclusivement en situation de conflit. Le CICR est le gardien du DIH. Il est mandaté par la communauté internationale pour veiller à son application par les parties en conflit,
  • la Fédération internationale, coordonne les actions des sociétés nationales en cas de catastrophes et soutient leur développement,
  • les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, répondent aux besoins des pays dans lesquelles elles sont implantées et peuvent agir à l’international en cas de demande de la société nationale concernée. La Croix-Rouge française est l’une de ces Sociétés Nationales.

ASF | Archivistes sans frontières

La section française d'Archivistes sans frontières - ASF-France - est une association type loi de 1901, créée en 2005. Elle aide à la conservation des archives en danger de disparition ou de dommages irréversibles par l'envoi sur le terrain d'archivistes chevronnés pour aider à la mise en place d'un vrai programme d'archivage, après un état des lieux et un récolement du patrimoine documentaire à préserver.

ASF-section France veut faire prendre conscience à la société de l'intérêt de la conservation et de l'utilisation des archives pour garantir le respect de ses droits. Pour la réalisation de ces objectifs, ASF–France suit les axes de travail définis par ASF-International.

ASF-section France regroupe une soixantaine d'archivistes français qui acceptent tous de partir partout dans le monde , là où des archives en français sont en péril.

IFFO-RME

L’Institut français des formateurs risques majeurs et protection de l’environnement (IFFO-RME) anime et développe un réseau de plus de 500 formateurs « Risques Majeurs éducation » (RMé). Ce réseau RMé a été mis en place dès 1991 par le ministère en charge de l'environnement, dans le cadre d'une convention avec l'éducation nationale. Il a pour mission de réfléchir, proposer, animer et développer des actions d’information, de sensibilisation et de formation aux risques majeurs et à la protection de l’environnement  sur l’ensemble du territoire national.

En 2011, l’IFFO-RME et le CFBB ont signé une convention afin de mutualiser leurs savoirs faire et d’engager une réflexion sur la protection du patrimoine. Six membres du CFBB ont ainsi pu participer aux stages de formations de l'iffo-RMé, en 2012.